RÉSERVER EN LIGNE KIOSQUE EN LIGNE

La Côte de l’Alentejo et Vicentina

À Propos de la Région


Située au Sud-Ouest du Portugal, la Côte Alentéjane et Vicentine est la plus belle et la mieux préservée de toute la zone côtière du sud de l'Europe. Une perle conservée grâce aux habitants de la région et à d’étonnantes qualités naturelles qui passionnent de plus en plus les amoureux de la nature et du tourisme actif et durable.

Ce sont 110 km de côte sauvage et près de 75 mille hectares d’aire protégée, insérée dans le Parc Naturel du sud-Ouest de l’Alentéjan et de la Côte Vicentine. Ce parc est constitué par un ensemble d’habitats variés dont certains sont encore peu altérés et où vivent diverses espèces de plantes endémiques et un grand nombre d’espèces animales, en particulier amphibiens, oiseaux et faune marine.

Bordant deux régions portugaises d'une singulière beauté, cette côte allie le romantisme et la tranquillité de l'Alentejo au caractère de la seule partie véritablement authentique et sauvage du littoral de l'Algarve. La nature, la ruralité, l'authenticité ainsi qu'un climat doux et tempéré, bénéficiant de plus de 300 jours d'ensoleillement par an, font de cette région une destination incontournable pour les amoureux du tourisme de nature. 

 

Comment s'y Rendre

La région est située entre Lisbonne et l’Algarve et est désservie par les aéroports de Lisbonne et de Faro. Il est possible d’arriver aux principales localités du Sud-Ouest en voiture, en train ou en autobus.

L’accès à Sines et Vila do Bispo est facilité par les autoroutes, les voies rapides ou les itinéraires régionaux, par des routes secondaires et quelque peu sinueuses, caractérisées par la beauté du paysage.

Si vous souhaitez ne pas prendre la voiture pour vous rendre sur la Rota Vicentina, vous pourrez arriver par le train ou en autobus et compter sur le service de taxis ou de transferts garantis par quelques opérateurs touristiques.

Si vous souhaitez alterner des journées de randonnée normales avec d'autres où vous parcourrez librement de plus grandes distances, nous vous suggérons de venir en voiture ou de louer un véhicule dans une agence Europcar, partenaire et sponsor de Rota Vicentina.

En Avion

La région est desservie par les aéroports de Lisbonne et de Faro. L’aéroport de Lisbonne est idéal pour arriver sur la partie nord de la région et celui de Faro sur la partie sud, bien que les options de transport et les accessibilités à partir de Lisbonne soient plus flexibles et vastes. Il est possible de voler vers Lisbonne et Faro à partir des principales capitales d’Europe.

En Voiture

Europcar

À partir de Lisbonne, empruntez l’A2/A12 ou l’IC1 direction « Sul/Algarve ». Sur l’A2, prenez l’IP8 en direction de Sines puis Odemira et Porto Covo. Si vous prenez l’IC1, à la sortie “Beja/Ferreira”, suivre la direction “Algarve/Ourique”, et un peu plus loin “Alvalade/ Cercal / Lagos”, ou “Odemira / OESTE”. 

En partant de Faro, prenez l’A22 ou passez par la route nationale 125 jusqu’à Lagos-Bensafrim, d’où vous pourrez continuer par la route nationale en direction de Vila do Bispo, Carrapateira ou Aljezur.

En Train

Ce moyen de transport est le plus écologique, efficace et confortable pour arriver dans le Sud-Ouest. Le seul inconvénient étant les arrêts de gare qui sont un peu éloignés de la côte. Les départs se font de Lisbonne en direction de Funcheira, Santa Clara-Sabóia ou Lagos. La gare de Funcheira se trouve à 35 km environ d’Odemira et du Cercal do Alentejo. Celle de Santa Clara-Saboia à 34 km de S.Teotónio et celle de Lagos à 25 km de Vila do Bispo.

Pour vous rendre jusqu’au littoral vous pourrez prendre un taxi, un service de transfert fourni par l’hébergement choisi ou un autobus du réseau régional Rodoviária do Alentejo (du lundi au vendredi) et/ou EVA Transportes (une autre compagnie d’autobus).

En Autobus

Il s’agit du moyen le plus direct pour arriver à un quelconque point de la Rota Vicentina. Le réseau Rede Expressos a des autobus confortables avec un accès wi-fi gratuit. Le seul inconvénient étant de rouler quelques km sur des routes sinueuses et de prendre 1 à 2 heures de plus qu’en voiture. Les départs se font à partir de Lisbonne et Lagos, en direction de n’importe quelle localité de la région.

Dans la région

Le moyen le plus efficace d'effectuer des transferts de passagers et de bagages, même entre l'aéroport et un lieu quelconque de la Rota Vicentina, est d’utiliser nos taxis partenaires. Consultez le Tableau des distances Rota Vicentina pour avoir une estimation du coût de ce service et entrez directement en contact avec nos taxis partenaires.

La Rodoviária do Alentejo (Gare routière de l'Alentejo) relie Odeceixe et Santiago do Cacém et la compagnie  EVA Transportes relie Lagos et Odeceixe. On peut aussi compter sur la Rede Expressos et profiter des liaisons de longue distance pour se déplacer d'un lieu à un autre.

Quelques itinéraires utiles :

Rodoviária do Alentejo
Linha 8923: Odeceixe – Santiago do Cacém
Linha 8942: Odeceixe – Santiago do Cacém
Linha 8077: Cercal do Alentejo – Sines
Linha 8214: Sines – Vila Nova de Milfontes
Linha 8928: Santa Clara-a-Velha/Sabóia – Odemira
EVA Transportes
Odeceixe – Lagos
Lagos – Sagres
Sagres – Cabo de S. Vicente

Remarque : certains de ces itinéraires ne sont desservis que du lundi au vendredi.


Caractéristiques Naturelles

Lorsque nous arrivons au Sud-Ouest du Portugal par la mer, nous découvrons de hautes falaises dont la roche très ancienne est de couleur sombre sur la côte de l'Alentejo (schiste et grauwacke) et claire sur la côte de l'Algarve (calcaire). Cette roche du plateau côtier est recouverte d'une fine couche de sédiments, riche en habitats et espèces singulières.

Les fleuves et les rivières creusent ce plateau de vallées profondes dont les pentes sont couvertes de maquis méditerranéen pratiquement vierge. Poursuivant vers l'intérieur des terres, nous accédons à la partie montagneuse dont les plissements rocheux se sont formés au cours des collisions tectoniques continentales. Les forêts de chênes et de pins et les affleurements rocheux dominent la montagne peuplée de grands rapaces et autres carnivores aux habitudes nocturnes.

Le Sud-Ouest du Portugal bénéficie de l’un des meilleurs climats au monde et ceci depuis des milliers d'années... Pour preuve, la région fut, durant les dernières glaciations, un refuge pour de nombreuses espèces de la faune et de la flore. Nombre de ces espèces vivent encore aujourd’hui, les populations les plus proches se trouvant à des centaines de km de distance. Nous rencontrons également dans le Sud-Ouest du Portugal de nombreuses espèces endémiques que l'on ne voit nulle part ailleurs dans le monde. 

Les hivers sont courts et jamais très froids, mais offrent une pluie suffisante pour fertiliser la terre pendant les neufs mois où le Soleil est roi. L’harmonie avec laquelle la nature et l’homme cohabitent depuis la préhistoire, est visible sur des habitats très divers.

Les hivers sont courts et jamais très froids, mais il pleut suffisamment pour fertiliser la terre pendant les neufs mois où le soleil règne en maître. L’harmonie avec laquelle la nature et l'homme cohabitent depuis la préhistoire se traduit par des habitats très diversifiés. Il est possible d’explorer les roches laissées a découvert à marée basse (avec des étoiles de mer, des oursins, des pousse-pieds et des coquillages…), les falaises (où nidifient les cigognes, les faucons, les martinets et les rouges-queues noirs...), les dunes (avec des plantes rares et endémiques, d’autres aromatiques et médicinales...), l’embouchure des fleuves et des rivières (où se reproduisent les poissons, les mollusques et les crustacés), les plateaux côtiers (où l'on observe les migrations de milliers d'oiseaux en automne, parmi lesquels les grands oiseaux planeurs), les marigots temporaires (où vivent des crustacés préhistoriques et presque tous les amphibiens que l'on trouve au Portugal), les vallées encaissées (avec le chêne portugais, les lianes et les arbustes à baies colorées), les rivières à l'eau limpide (où la loutre est reine), les forêts de pins et de chênes-lièges (où abondent les sangliers et où l'on peut cueillir des champignons et des asperges sauvages), mais aussi les milieux modifiés par l’homme, où la biodiversité est remarquable – les forêts de chênes-lièges, les prés, les vergers et les oliviers...



 

Climat

Les mois de septembre à juin sont les plus recommandés pour parcourir la Rota Vicentina. Le Sud-Ouest du Portugal a un climat méditerranéen avec une forte influence atlantique ce qui garantit des températures douces toute l’année.

• Il n’est pas conseillé de marcher en été et, en particulier, pendant les mois de juillet et août, lorsqu’il fait plus chaud. 

• Pendant les mois d’automne, les températures sont en général plus agréables en mer et l’intensité du vent diminue considérablement.

• En hiver, les températures ne descendent pas en dessous des 11ºC en journée. Cette période de l’année étant généralement la plus pluvieuse.

• À partir du mois de mars les journées ensoleillées se glissent entre les journées pluvieuses et les températures commencent à grimper. Le printemps, avec un paysage qui renait et l’ intensité des couleurs et des aromes, est une des meilleures périodes de l’année pour visiter la région.

Contexte Historico-Social

L’histoire du Sud-Ouest se fond dans sa géographie. La qualité de son territoire périphérique et frontalier a déterminé l’évolution et l’identité actuelle de la région. Habité depuis la préhistoire et la protohistoire, ce territoire a suscité l’intérêt des populations, des curieux et des aventuriers.

Les vestiges archéologiques les plus parlants appartiennent cependant à la période romaine. Les ruines de Miróbriga, ville étroitement liée aux Celtes, à Santiago do Cacém, datent de cette époque ainsi que les vestiges des ports de Sines, Pessegueiro, Milfontes et Odemira.

Lorsqu’au XIIIème siècle, ce territoire fut entièrement inséré dans le nouveau royaume du Portugal, la population, qui s’était installée loin du littoral, s’est peu à peu rapprochée de la mer. Ainsi, sous le patronage de la couronne et avec l’intervention des pouvoirs régionaux (l’Ordre de Santiago) et locaux (les seigneurs des comtés), les villes de Sines et de Milfontes voient le jour, en deux points stratégiques de la côte. Cependant, les invasions de corsaires maghrébins ont freiné leur développement, affectant la sécurité de la navigation et des populations installées en bord de mer.

Les ports ont de nouveau assumé un rôle crucial dans la vie des populations en assurant l’approvisionnement en poisson et en exportant des produits régionaux. Le fleuve Mira, qui traversait ce vaste territoire, permettait aux embarcations de pénétrer à l’intérieur des terres, ce qui leur a donné un rôle primordial dans l’histoire du Sud-Ouest et a permis à la ville d’Odemira de devenir le pôle principal de la région.

Près de la mer, les populations tendaient à avoir un mode de vie «amphibien», mi-terrien mi-marin, cultivant la terre la plupart du temps et, pêchant lorsque la mer le permettait. Plus vers l’intérieur des terres, l’agriculture et la pêche occupaient une grande partie de la main d’oeuvre. Dans cette région peu peuplée, les vastes terres incultes favorisaient le pâturage, l’apiculture, la production du bois de chauffe, du liège et du bois. Il existait naturellement d’autres besoins et donc d’autres métiers tels que les cordonniers, les maréchaux-ferrants, les travailleurs agricoles... et une petite industrie familiale de tissage basée sur la culture du lin, qui occupait les temps libres.

La vie était rythmée en fonction des cycles de la nature et du calendrier agricole, pour le travail, les fêtes et la religion. Les fêtes liées aux solstices fin juin, par exemple, avec leurs bains saints, leurs mâts (fêtes populaires) et leurs feux de bois, répétaient chaque année les anciens rituels païens que le Christianisme a absorbé à travers les âges.